01-05-2009 | Ref : 37 | 26007 |

Retour

Historique du DLEM

Le Détachement de Légion étrangère de Mayotte (DLEM) est initialement l'héritier de la 4ème compagnie (devenue en 1965 2ème compagnie par changement d'appellation) du 3ème Régiment étranger d'Infanterie (3ème REI), dont le Drapeau est le plus décoré de tous ceux de la Légion étrangère.

La filiation

En 1956, le 3ème REI, qui était alors engagé dans le conflit algérien, détache l’un de ses trois bataillons pour constituer un Bataillon de marche qui vient s’implanter sur « la grande île » (Madagascar). Ce bataillon prend l’appellation de « Bataillon de Légion étrangère de Madagascar » (BLEM). Après le cessez le feu et les accords d’Evian en 1962, l’intégralité du 3ème REI quitte l’Algérie et est regroupé à Madagascar, sur et autour de la base de Diégo Suarez.

Dans les années qui suivent, la 4ème compagnie du 3ième étranger (puis « 2ème compagnie » après son changement d’appellation en 1965), effectue périodiquement des exercices ou des nomadisations sur les Comores, voire des prises d’armes sur ces mêmes îles, comme celle qui se déroule en février 1965 à Moroni en présence du chef de corps et de la musique du 3ème REI. En février 1967, la 2ème compagnie intervient à Anjouan, à Moroni et Dzaoudzi, où quelques troubles mineurs se sont produits.

 

L’implantation permanente dans les Comores et la création du DLEC

 

Camp VOIDJOU Moroni 1969 JP C’est en juillet 1967 que la 2ème compagnie, commandée alors par le capitaine Brissart, s’installe de façon permanente dans l’archipel des Comores. La 3ième section de cette unité, commandée par le lieutenant Lafly, s’installe à Dzaoudzi (Mayotte) tandis que la 2ème section commandée par le lieutenant Spillman s’installe à Voivojou (à 7 km de Moroni sur l’île de Grande Comores).

En 1973, lorsque le 3ème REI quitte définitivement Madagascar pour rejoindre la Guyane française où débutent les travaux pour la construction du complexe spatial européen de Kourou, la 2ème compagnie est placée hors rang et est maintenue sur place. Unité désormais formant corps, cette compagnie prend le 2 août 1973 l’appellation de Détachement de Légion étrangère des Comores (DLEC). Le capitaine François Grandjean en est le premier chef de corps.

 

Le regroupement sur Mayotte et la création du DLEM

 

Trois ans plus tard, en 1976, à l’issue du référendum d’indépendance des Comores par lequel la population mahoraise exprime le choix de demeurer française - contrairement aux trois autres îles de l’archipel comorien - le DLEC est intégralement regroupé sur Mayotte et prend l’appellation actuelle de Détachement de Légion étrangère de Mayotte (DLEM). Le lieutenant colonel Yves Racaud en est alors le chef de corps.

Depuis lors, le DLEM tient garnison au sein du quartier « Chef de bataillon Cabaribère », une illustre figure du 3ème REI, mortellement blessé dans une embuscade en avril 1954 à la tête de son bataillon, dans le secteur de Ban Yan Nhan (Nord Vienam). Voir paragraphe consacré au CBA Cabaribère. En juillet 1984, le DLEM, qui ne disposait jusqu’alors que d’un fanion de bataillon, reçoit enfin la garde d’un Drapeau, en l’occurrence la garde de l’étendard du 2ème Régiment étranger de cavalerie.

panoramique Rocher JP

 

L’opération Azalée

 

Le 3 octobre 1995, une compagnie de marche commandée par le capitaine Dupré composée de 80 légionnaires du DLEM et d’autant de bigorres appartenant à l’unité tournante du 11ème RAMa, effectuent à 03h00 du matin un poser d’assaut sur l’aéroport de Hahaya (Grande Comore), dans le cadre de l’opération « Azalée ». Cette action armée qui fait suite à une tentative de coup d’Etat menée par les mercenaires de Bob Denard dure une petite semaine. Outre la compagnie de marche du capitaine Dupré, le DLEM arme une plate-forme logistique intermédiaire destinée à accueillir les unités et détachements de renforts, ce qui représente pas moins de 700 hommes.

 

 

Le DLEM aujourd’hui >>>

Recrutement Légion étrangère

Site Internet de l'Armée de Terre


Képi blanc